Pour me contacter

Danse comme la Terre

Brille comme l'étoile

Grandis comme l'univers

Ensemble nous pouvons

Créer

De la merveille

De l'unique

Et nous grandissons

Ensemble

Avec les étoiles

Et les sourires

Comme compagnons

Recueil de textes II

June 14, 2017

Comment tout peut s’effondrer

Créons le futur de notre civilisation

 

Extraits de Ultreia 2017

 

 

Il est peu probable que notre monde disparaisse en une nuit. Nous ne parlons pas de l’apocalypse ! Il faut imaginer ce processus sur plusieurs années voire plusieurs décennies. C’est un phénomène à grande échelle et irréversible que nous aurons à traverser. Pour l’aborder de la meilleure manière, il faudrait commencer par l’accepter. Combien de fois avons-nous entendu : « arrêtez de nous parler de mauvaises nouvelles, c’est trop déprimant » « La fin du pétrole, c’est exagéré, de toute façon ils trouveront bien quelque chose ».

 

 Il y a mille et une raisons d’être dans le déni. Parmi les plus répandues il y a la fuite compréhensible devant les informations trop alarmantes ou le fait que nous ne soyons pas conçus pour réagir à des dangers trop théoriques ou lointains. Par exemple, nous ressentons de la peur à la vue d’une mygale enfermée dans une boîte de verre ou d’un chien nous aboyant dessus, mais nous avons du mal à sécréter de l’adrénaline après la lecture d’un rapport du GIEC. Enfin, nous préférons adhérer à nos mythes fondateurs plutôt que de croire à des faites qui viennent les contredire …

 

Dès lors, pour arriver à contourner ces obstacles, il nous apparaît indispensable d’explorer deux continents que les scientifiques et les activistes ont désertés : les émotions et l’imaginaire. Lorsque la tête comprend, le cœur se met à ressentir : tristesse, colère, peur, anxiété, culpabilité ou désespoir. Toutes ces émotions, qui sont fréquentes chez le public que nous avons rencontré, font penser aux cinq phases d’un deuil : déni, colère, marchandage, dépression et acceptation.

 

-----

 

Le risque de l’avancée de la civilisation est la perte du sens du merveilleux

 

-----

 

Croire à la possibilité d’un effondrement revient finalement à renoncer à l’avenir que nous nous étions forgé depuis la plus tendre enfance, ou que nous avions envisagé pour nos enfants. Passer ces étapes, accueillir ces émotions (ne surtout pas les mettre sous le tapis !), toucher le désespoir, est pourtant la seule manière que nous avons d’aller vers l’acceptation, c’est-a-dire aller de l’avant et retrouver le chemin de la joie, de la gratitude et de l’action juste et efficace.

 

En parallèle des émotions, il y a aussi l’imaginaire. Toute société est ondée par de grands récits qui permettent d’interpréter le monde et qui font naitre des identités collectives, formant ainsi des communautés de destins. Aujourd’hui, les récits culturels dominants parlent de technologie, de l’ingéniosité humaine sans limites, de la domination de la nature, de la compétition et de la loi du plus fort comme seul principe de vie, ou de l’implacable marche en avant du progrès. Mais ils se sont avérés toxiques.

 

L’effort à faire pour retrouver su sens (et c’est en partie le rôle de l’art et des spiritualités) est donc de retrouver de nouveaux récits pour aborder ce nouveau monde. Un récit entre deux imaginaires mythiques caricaturaux : l’avenir « star trek » (croissance infinie et technologie salvatrice) ou l’avenir « mad max » (chaos rapide, brutal et généralisé). Pourquoi ne pas inventer des histoires inspirantes qui raconteraient la réussite d’une génération à s’affranchir des énergies fossiles grâce, par exemple, à la coopération ? Nous avons un immense chemin à parcourir – en partie spirituel – pour pouvoir aborder ces tempêtes avec calme, courage, et lucidité. Mais nous pouvons d’ores et déjà compter sur l’enthousiasme d’une partie des jeunes générations à s’affranchir, par exemple, du canevas consumériste et rationaliste ou de modes de vi incompatibles avec le système Terre.

 Et si nous voyions l’effondrement comme le début d’une nouvelle ère, l’amorce d’une renaissance, l’opportunité de revoir les fondamentaux de notre société ? Dans la forêt, c’est parce que le grand arbre s’effondre que les jeunes pousses peuvent enfin émerger ! Des jeunes pousses, il y en a aujourd’hui des millions. Le problème est d’abord d’accepter de laisser le vieil arbre tomber.

 

(((   Ces textes n’ont aucune vérité, ce sont juste des mots. Puissent-ils aider celui qui les lis sur son chemin, être partagés, ou laissés de coté  )))

Filsdesetoiles.project@gmail.com

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Posts Récents

December 4, 2017

December 4, 2017

December 4, 2017

December 4, 2017

December 2, 2017

December 2, 2017

Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square